Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

 Linotte melodieuse EDM 20 03 020

 

 

France – Vendredi 20/03/2020 – energiesdelamer.eu. L’Ae avait été saisie pour avis par le préfet du département de la Seine-Maritime, l’ensemble des pièces constitutives du dossier ayant été reçues le 6 janvier 2020.

Sur le rapport de Pascal Douard, après en avoir délibéré, l’Ae a rendu son avis le 18 mars 2020 concernant l’évaluation environnementale.

Le grand port maritime du Havre (GPMH) prévoit de renforcer et d’aménager deux de ses quais ainsi que les espaces situés entre ceux-ci pour permettre la fabrication et la manutention d’éoliennes en mer produites par l’usine Siemens Gamesa Renewable Energy (SGRE), implantée à proximité immédiate, dossier sur lequel l’Ae a délibéré un avis le 24 juillet 2019. Du fait de la relation entre l’usine et les espaces portuaires aménagés pour ses besoins, l’évaluation environnementale au sens du code de l’environnement doit porter sur le projet global comprenant les travaux sous maîtrise d’ouvrage de l’entreprise et ceux sous maîtrise d’ouvrage du port. L’Ae recommande de compléter l’étude d’impact en conséquence. Par ailleurs, le dossier doit également être complété des éléments attendus pour certaines infrastructures de transports (évaluation socioéconomique et volet spécifique de l’étude d’impact).

Outre la redéfinition du périmètre du projet et les conséquences à en tirer pour l’étude d’impact, l’Ae recommande :

  • d’apporter des précisions concernant les dispositifs d’assainissement et les modalités de leur gestion en phase exploitation par SGRE ;
  • d’apporter des informations complémentaires sur l’impact des dragages ;
  • de décrire dans l’étude d’impact les mesures prises pour réduire l’impact du battage des pieux sur les animaux marins ;
  • de compléter les bilans d’émissions de GES en phase travaux et en phase exploitation ;
  • de compléter le dossier par une indication des émissions des navires à quai et l’intérêt de prévoir une alimentation électrique de ces navires ;
  • de prévoir un suivi écologique de l’espace aménagé en tant que mesure de compensation des impacts du projet sur le Lézard des murailles, la Linotte mélodieuse et le Petit gravelot. L’ensemble des observations et recommandations de l’Ae sont présentées dans l'avis détaillé.

Statut de protection des espèces cf au site Inventaire national Patrimoine Naturel du MNHN :

. Lézard des murailles / Podarcis muralis (Laurenti, 1768)

 https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/77756/tab/statut

 . Linotte mélodieuse / Linaria cannabina (Linnaeus, 1758) https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/889047/tab/statut

. Petit gravelot / Charadrius dubius Scopoli, 1786 https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3136

Le développement des énergies renouvelables (EnR) en France est inscrit dans les programmations pluriannuelles de l’énergie (PPE). La PPE métropolitaine relative aux périodes 2019-2023 et 2024- 2028 ayant fait l’objet d’une consultation publique du 20 janvier au 20 février 2020 prévoit en 2020, 23 % d’EnR et en 2030 33 % d’EnR dans le mix énergétique métropolitain, dont 40 % dans la production d’électricité.

La puissance installée prévue pour produire de l’électricité d’origine renouvelable se situe entre 71 et 79 GW à échéance 2023.

L’éolien en mer permet la production d’une partie de ces EnR. Les appels d’offres de 2011 et de 2013 se sont traduits par l’attribution de six parcs pour une puissance de 3 GW, auxquels est venu s’ajouter en 2019 un parc au large de Dunkerque pour une puissance de 0,6 GW 1. Les premières mises en service sont prévues en 2021.

La PPE prévoit à partir de 2020 le lancement d’appels d’offres d’éoliennes posées ou flottantes pour une puissance moyenne annuelle de 1 GW. Elle vise une capacité installée de 2,4 GW en 2023 et une capacité comprise entre 5,2 et 6,2 GW en 2028

1 - La puissance moyenne des éoliennes installées en 2019 en Europe était de 6,8 MW. Cette puissance est en progression

constante. Un parc de 0,6 GW comporte aujourd’hui environ 90 éoliennes.

 

L’autorité environnementale composée de quinze personnes qualifiées dont 9 sont issues du CGEDD (Conseil général de l’Environnement et du Développement durable), instance de conseil et d’inspection du MTES, et 6 sont des personnalités qualifiées externes, choisies pour leur compétence en environnement.

 

 

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/