Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

T Cornelius H Morin 18 10 018

 

 

France – Vendredi 19/10/2018 – energiesdelamer.eu. C’est fait, d’une part l’hydrolienne Meygen de SIMEC Atlantis Energy a été remise à l’eau en Ecosse et la Région Normandie présidée par Hervé Morin, ont annoncé la création d’une JV par l’intermédiaire de la région Normandie Participations et SIMEC Atlantis Energy pour reprendre l’un des deux sites pilotes du raz Blanchard.

 

Tim Cornelius, CEO de SIMEC Atlantis Energy (ex Atlantic Resources) avait déclaré en août dernier, «qu’il pourrait engager des discussions avec le gouvernement français pour sauver l'usine d'assemblage de Cherbourg de Naval Energies et se positionner pour les appels d'offres hydrolien en Normandie et en Bretagne».

Tim Cornelius, a confirmé le jeudi 18 octobre à Cherbourg, le projet de reprise d’un des deux sites hydroliens qui font l’objet des futures fermes pilotes dans le raz Blanchard selon l’appel d’offres du 3/12/2014.

«Une négociation commerciale est engagée avec les deux concessionnaires lauréats de l’appel d’offres , Engie et EDF Energies Nouvelles. Les études scientifiques et techniques qui avaient été menées font partie des discussions», précise Tim Cornelius.

 

20 hydroliennes en 2020

 

Alors, que Jean-François Daviau, président de Sabella (participant à la réunion organisée à l'Assemblée nationale le 17/10/2018 par des députés bretons ) trouvait logique qu’un nouvel appel d’offres soit relancé, puisque les deux lauréats Engie et EDF Energies Nouvelles ne disposaient plus des hydroliennes OpenHydro et Oceade, SIMEC Atlantis ambitionne l’immersion de dix hydroliennes de 2 MW chacune dans le raz Blanchard. Si la négociation aboutit, les premières machines pourraient être mises en service dès 2020.

 

« Mais, c’est aussi la perspective de fermes commerciales qui intéresse la société britannique, filiale du conglomérat international GFG Alliance. Et la région Normandie, échaudée par l’abandon de Naval Energies et le peu d’intérêt du gouvernement pour cette filière, entend cette fois en être un acteur » ainsi que le rapporte notre confrère Jean Lavalley de la Presse de la Manche.

 

 

 

Points de repère

 

08/08/2018 – Tim Cornelius, CEO de SIMEC Atlantis Energy (ex Atlantis Ressources) avait déclaré qu’il pouvait engager des discussions avec la Région Normandie.

 

 

5/10/2017 - Hydrolien : Feu vert pour le parc pilote du Raz Blanchard ... qui doit être équipé par Naval Energies (ex DCNS Energies) et EDF EN dans le raz Blanchard et le raz Barfleur, au large de Cherbourg. avec les hydroliennes OpenHydro.

 

13/01/2017 - Engie se met en mode réserve pour la ferme pilote du raz Blanchard ... Engie, qui avait remporté l’appel d’offre du 3/12/2014 pour la ferme pilote hydrolienne pour le raz Blanchard avec quatre hydroliennes Nepthyd se retrouve apparement sans fournisseur, puisque General Electric General Electric (GE) a décidé de suspendre le développement de la turbine Oceade développée par Alstom.

 

Le 7/02/2018 – GFC Alliance avait annoncé le rachat de l’aluminerie Rio Tinto de Dunkerque, acquise préalablement auprès de Pechiney. Le groupe britannique se veut également protecteur de la planète, en privilégiant les énergies renouvelables et le recyclage de la matière première. Ainsi, les déchets des plaques d'aluminium découpées par les clients en aval de l'usine de Dunkerque seront finalement tous recyclés, et «nous avons rencontré EDF pour étudier l'idée de raccorder notre usine à un projet éolien offshore», avait déclaré Jay Hambro.

Après ce rachat, GFC Alliance a repris AR Industries (ARI), rebaptisé Liberty Wheels France, le dernier fabricant français de jantes, à Châteauroux.

«Nous avons noté ce que le président Macron faisait en matière de réformes et nous avons décidé d'investir dans l'Hexagone», avait ajouté Jay Hambro, chief investment officer de la société GFG (Gupta Family Group) Alliance.

En juillet 2018, La Tribune, avait rencontré de passage à Paris Jay Hambro, chief investment officer de la société GFG (Gupta Family Group) Alliance qui compte 19.000 salariés, plus de $15 milliards de CA, et qui est présent dans 30 pays dont l'Australie. «D'ailleurs, c'est là-bas que Sanjeev Gupta a rencontré pour la première fois le président Macron, à l'occasion de la signature d'un protocole d'entente sur 15 ans entre la société française Neoen et GFG Alliance pour le développement et la production d'énergie renouvelable dans une centrale solaire», se souvient-il.

 

Le groupe britannique GFG Alliance  a été créé en 1992 par la famille d'origine indienne Gupta. Le conglomérat est actif dans le domaine de l'industrie, l'énergie, les services financiers et l'immobilier.

 

Normandie Participations : La Région Normandie a créé une société de co-investissement pour accompagner les initiatives des acteurs privés mais aussi, par son positionnement, participer activement à la structuration de l’offre de financement aux entreprises du territoire.

Ce fonds de co-investissement généraliste doit permettre également de donner une plus grande cohérence à l’écosystème du financement normand en contribuant à la meilleure articulation des acteurs financiers existants.

Il a enfin pour objectif d’attirer et d’animer des co-investisseurs locaux ou extérieurs à la région Normandie (Business Angels, Capital Risque et Banques notamment) afin d’investir aux côtés du fonds dans les entreprises.

Afin de mettre en œuvre ce projet, le Conseil Régional de Normandie a décidé de constituer une société par actions simplifiée (SAS) placée sous le régime fiscal des sociétés de capital-risque (SCR) et au capital entièrement détenu par la Région Normandie : la SAS « Normandie Participations ». La SAS a pour objet de renforcer, par l’intermédiaire de prise de participations, les fonds propres et quasi fonds propres des Petites et Moyennes Entreprises ayant leur siège social ou un établissement en région Normandie.

 

Le capital social de Normandie Participations est doté à ce jour à hauteur de 14.000.000 € avec des crédits régionaux. Les moyens financiers d’intervention de l’outil en co-investissement sur la période 2014-2023, atteindront 100.000.000 €, par la mobilisation des fonds régionaux et FEDER.

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/