Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

PARIS - 17/01/08 - EDF Energies Nouvelles a annoncé hier la signature d’un accord de partenariat avec la société britannique Renewable Energy Holding (REH), investisseur de premier plan dans les technologies des énergies renouvelables. Les termes de l’accord prévoient un investissement d’EDF E.N. de 3 millions de livres (4 millions d’euros) dans REH. Cet accord vise le développement et le déploiement dans des projets de production d’électricité, d'un procédé d’exploitation d'énergie des vagues australien appelé « CETO ». Différent des autres systèmes tel que l'écossais " Pelamis " (cf. archive du 16/11/07) ou le français " Searev " (cf. archive du 4/12/07) tous deux positionnés à la surface des flots, le procédé CETO comporte cependant quelques points communs avec le procédé américain OCGen™, dont nous avons donné le schéma le 15/01/08. CETO se présente comme un convertisseur d’énergie des vagues implanté au fond de la mer, à des profondeurs variant entre 15 et 50 mètres, là où il est invisible et à l’abri des intempéries. Présentée comme requérant une infrastructure sous-marine d'une grande légèreté, cette technologie du tube immergé possède l'avantage indéniable du zéro impact environnemental, que ne possèdent ni les hydroliennes à hélices en profondeur, ni les tubes flottant en surface. Techniquement CETO achemine l’eau de mer à haute pression jusqu’au rivage par un tuyau de petit diamètre. A terre, l'eau de mer est dirigée vers un filtre à osmose inverse qui la désalinise et la transforme en eau douce, puis vers une turbine qui produit de l’électricité. Le constructeur insiste sur le fait que la technologie de désalinisation et le pompage n'utilisent aucune énergie fossile et ne rejettent donc pas de CO2. La technologie CETO inventée en 1975 par l'australien Alan Burns a subi ses premiers tests de faisabilité en 1999, avant qu'un premier projet de prototype ne voit le jour fin 2003. C'est trois ans plus tard, en 2006, que les essais de CETO 1 se sont révélés concluant pour la production d'eau douce et d'électricité. Le prototype pleinement opérationnel, CETO II, a été validé, révélé au public et mis en fonction en février 2007 à Fremantle (Australie) où les tests en vue de sa commercialisation se poursuivent encore à ce jour. La phase de production est prévue entre 2009 et 2011. L’accord entre REH et EDF E.N., donne à EDF E. N. un droit exclusif d’utilisation de cette technologie dans l’hémisphère nord et à La Réunion, où il n'est pas inutile de rappeler qu'une autre technologie australienne utilisant l'énergie des courants est testée, celle de la compagnie BioPower Systems Pty. Ltd. qui s'est fait une spécialité des technologies inspirées du biomimétisme.(cf. archive du 21/11/07).
Article : Francis Rousseau
Sources : EDF.E.N / Renewable Energy Holding / CETO
Photos : 1. Simulation de la technologie CETO ©CETO /2. Schéma de fonctionnement de la technologie CETO ©CETO

 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/