Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

coquille peche

 


France - Mercredi 22/04/2020 - enrgiesdelamer.eu. Les pêcheurs ont publié un communiqué hier mardi pour annoncer qu’ils ne laisseraient "aucun navire venir faire ces campagnes en baie de Saint-Brieuc" où des études techniques doivent être menées en vue d'y implanter un parc éolien.

 

 

Le comité des pêches dénonce « un passage en force » de la part d’Iberdrola et de RTE, chargé du raccordement du futur parc de 62 éoliennes.

Ailes Marines et RTE envisagent, dès le mois de mai, des essais de forages et de creuser plusieurs tranchées.

 

 

"Les professionnels de la pêche informent Ailes Marines et RTE qu’ils ne laisseront aucun navire venir faire ces campagnes en baie de Saint-Brieuc tant que des éléments scientifiques sur les effets de ces études techniques ne sont pas portés à notre connaissance", souligne le comité des pêches des Côtés d'Armor présidé par Alain Coudray, président du CDPMEM22 et du groupe de travail "Coquilles" du CRPMEM de Bretagne dans le communiqué de presse.

 

Les pêcheurs s'opposent aux études techniques sur les zones de pêche en l'absence "d’éléments scientifiques (...) sur les effets du bruit liés à des opérations de forages et d’ensouillages sur les espèces d’intérêt halieutique".

 

Lors des échanges avec les pêcheurs, "Ailes Marines et RTE n’ont pas apporté ces réponses, ni même abordé ce volet", souligne le comité des pêches, qui affirme même que les deux sociétés "ont l’intention de débuter ces études au cours du mois de mai prochain, sans même avoir pris en compte les demandes des professionnels de la pêche".

 

 

La situation des pêcheurs déjà touchés par les tempêtes de cet hiver, le Brexit et depuis un mois par la pandémie de Covid-19 complique la situation. « Ces derniers ne peuvent accepter que les difficultés actuelles rencontrées par les armements soient potentiellement aggravées par des effets négatifs sur les espèces halieutiques », a déclaré Alain Coudray, président du comité des pêches des Côtes-d’Armor.

 

Ailes Marines et RTE enfreignent «les règles de bonnes pratiques définies avec l’État, pour s’assurer que ces études se fassent en cohabitation avec les activités de pêche». « Ce que ces sociétés semblent avoir oublié, c’est qu’avant toute réalisation de campagnes d’études, il convient de travailler en étroite collaboration avec les comités des pêches sur la définition du calendrier de réalisation. » déclare Alain Coudray.

 

Des solutions existent 

 

De nombreuses études existent et, energiesdelamer.eu avait notamment publié les résultats du Rapport - Memoirs on the Marine Environment « Environmental impacts of offshore wind farm in the Belgian part of the North Sea» du Royal Belgian Institute of Natural Sciences (RBINS) IRSNB en français.

Celui présentait les dernières observations où les scientifiques relèvent que le bruit généré par l'enfouissement des mâts demeure toujours trop élevé par rapport au seuil de 185 décibels (dB) à 750 mètres de la source sonore, établi par une directive européenne. "Les activités actuelles de battage de pieux produisent des niveaux sonores allant jusqu'à 204 dB à 750 mètres de la source", souligne l'IRSNB. Au moment de ces opérations, la présence de marsouins - ce dauphin de la mer du Nord - diminue de 75%.

 


Dans le cadre du projet de recherche NEREIS Environnement, le projet SEAc est une technologie de surveillance acoustique pour réaliser des évaluations d'impact acoustique pour des projets d'énergies marines renouvelables, en utilisant le projet de démonstration du vent flottant de Floatgen au SEM-REV - THeoREM.

 

 

Récemment un rapport auquel Dale Rodmell que nous publions simultanément, a participé donne un aperçu de la planification de la coexistence entre la pêche commerciale et les parcs éoliens offshore. Pour l'industrie de la pêche, le développement de projets à grande échelle (tels que des parcs éoliens offshore) dans la zone marine peut signifier un déplacement des zones de pêche coutumières et des effets d'entraînement ailleurs.

 

L'un des principaux objectifs du système de planification maritime, tel que reconnu dans la déclaration de politique marine du Royaume-Uni, est de gérer la concurrence et de permettre, dans la mesure du possible, la coexistence entre un nombre croissant d'activités. Les politiques de coexistence font donc partie intégrante de tous les plans marins, qui influencent les autres politiques et leur mise en œuvre. La pêche et les parcs éoliens offshore sont deux industries avec des exigences élevées pour l'espace marin, et où l'action pratique pour permettre la coexistence est primordiale.

 

 

Points de repère

 

Une décision co-signée par Olivier Le Nézet président du CRPMEM de Bretagne et d'Alain Coudray Président du groupe de Travail Coquillages, mentionne qu'à compter du 16 mars 2020 seules des marées dites de rattrapage (pour les coquillages saint-jacques) seront organisées selon les modalités de la décision 157-2019 susvisée. Ces dernières seront calibrées en termes de nombre de navires et pourront être étalées sur 4 journées par semaine.

La suite du calendrier sera fixée par décision du Président du CRPMEM de Bretagne.

 

 

18/04/2019 - RTE s’est engagé à effectuer des mesures des champs magnétiques sur le tracé du câble sous-marin avant et après les travaux de pose du câble électrique, pour raccorder le futur parc éolien en baie de Saint-Brieuc d'Iberdrola à la terre.

Pour en savoir plus sur RTE, vous pouvez consulter les articles parus dans energiesdelamer.eu dans le Business Directory

24/12/2018 - CITEPH - EVOLEN : un Appel d'offre pour les PME et les starts up : mesure et réduction de l'impact acoustique des installations subsea

 

08/10/2018Conclusions d’un rapport publié vendredi par l'IRSNB qui a présenté ses dernières observations.

 


02/10/2018 - Assises « Port du futur » synthèse 2 par Geoffroy Caude, Président de l'AIPCN. U
ne innovation systémique pour la réduction des impacts acoustiques/turbiditiques des travaux d’aménagements côtiers et portuaires porté par Damien Demoor de Naval Group.

 

22/03/2018 - Etudes d’impact acoustique et bioacoustique pour les travaux d’aménagement

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/