Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

Recherahcre

 

 

Etats-Unis. Mercredi 20/11/2019 – energiesdelamer.eu. Equinor, Mayflower Wind, Orsted / Eversource et Vineyard Wind, ont proposé à la US Coast Guard une nouvelle proposition destinée à désamorcer les objections persistantes des industries régionales de la pêche.

 

 

Les opérateurs des baux éoliens en mer de Nouvelle-Angleterre (NEOWL), qui représentent près de 7 GW proposent que les rangées d'éoliennes en mer soient espacées d'un mille marin, et s'alignent sur l'exigence de l'USCG visant à «renforcer la sécurité de la navigation et la capacité de recherche et sauvetage de couloirs de transit pour accueillir le trafic maritime de la région ».

 

 

"Cette disposition uniforme est conforme aux demandes de l'industrie de la pêche de la région et d'autres utilisateurs maritimes", a déclaré le NEOWL dans un communiqué conjoint. La disposition proposée précise que les turbines seront espacées d'un mille marin, disposées en rangées est-ouest et en colonnes nord-sud, avec les rangées et les colonnes continues dans toutes les zones sous bail de la Nouvelle-Angleterre.

 

Les développeurs ont déclaré que la mise en place adaptée répondait aux quatre préoccupations principales des «principaux acteurs»: la sécurité de la navigation; la demande du secteur de la pêche concernant «un espacement uniforme et uniforme des turbines» dans l’ensemble de la zone maritime; création de corridors de transit distincts; et la facilitation des opérations de recherche et de sauvetage menées par les navires et les aéronefs.  

 

Mais le Fonds Fisheries Survival Fund (FSF), un organisme de l'industrie de la pêche, a versé de l'eau froide sur la présentation reconfigurée de la NEOWL, affirmant qu'il était «peu clair de savoir à quoi le secteur demande à ces développeurs», notant que «cette proposition ne reflète pas la position de l'industrie de la coquille Saint-Jacques… [ou ] comment cette proposition non étayée, présentée à la [USCG] dans le but déclaré de prendre en compte d’autres intérêts maritimes, profitera à la pêche commerciale ou favorisera la sécurité de la navigation des bateaux de pêche ».Nous n'avons pas été consultés sur cette proposition ....  

 

 

Un espacement d’un mille marin entre les turbines, a-t-il souligné, "ne permet ni un transit sûr, ni une pêche viable, du moins du point de vue de la pêche au pétoncle". La proposition de NEOWL à l’USCG incluait un rapport du cabinet de conseil WF Baird & Associates qui révélait:• La majeure partie du trafic «transite autour ou le long des bords extérieurs» de la zone extracôtière dont le développement est prévu par les sociétés NEOWL.•

 

La plupart des navires en transit sont des navires de pêche empruntant «un large éventail de voies de transit à travers la [région], car ils arrivent de plusieurs ports différents et se dirigent vers divers lieux de pêche»;

• Les navires jusqu’à 400 pieds de long peuvent opérer en toute sécurité dans la configuration proposée de 1 x 1 mille marin, et les données historiques de transit montrent que les navires sur cette longueur ont tendance à utiliser les «dispositifs de séparation du trafic» existants déjà en dehors de la zone en question.

 

«Compte tenu des nombreux avantages de la configuration régionale proposée de 1x1 mille marin, nous sommes fiers de travailler ensemble pour présenter une solution collaborative qui, à leur avis, convient à tous les utilisateurs des océans de la région», a déclaré le NEOWL.

 

 


"La proposition résulte de la solution distincte et de la réponse à des défis spécifiques en Nouvelle-Angleterre et ne serait pas applicable à d'autres régions où les défis sont différents." rappelle dans l'article Recharge.

La Responsible Offshore Development Alliance (RODA), qui a pour mission de travailler en liaison avec des organismes de réglementation, notamment le Service national des pêches maritimes, le Bureau de la gestion de l'énergie océanique (USCG), l'USCG, les conseils de gestion de la pêche, les autorités de l'État et les développeurs éoliens en mer, vise à «minimiser les conflits avec la pêche traditionnelle et historique existante ". La RODA a déclaré que les modifications apportées à la configuration des parcs éoliens en mer avaient pour principale préoccupation que " l'espacement et l'orientation des éoliennes étaient non seulement déterminants pour l'accès à la pêche, mais plus important encore, pour la sécurité ".

 

 

«Toute structure de projet doit être étayée par la preuve que le schéma réduit le risque pour les exploitants de navires de pêche et de relevés scientifiques, sur la base d'analyses des interférences radar, des limitations en matière d'assurance, de l'opérabilité des opérations de recherche et de sauvetage et des facteurs connexes», a déclaré RODA dans un communiqué. l'ajout «attend avec impatience les résultats des études en cours et une discussion transparente de leurs résultats».  La National Ocean Industries Association (NOIA), un groupe professionnel basé à Washington, qui représente des sociétés d’énergie traditionnelle et renouvelable opérant sur le plateau continental extérieur, a offert son soutien à la proposition d’un aménagement de turbines uniforme.  

 

Le président Erik G. Milito a qualifié cette solution de "solution viable" pour les questions relatives à la sécurité de la navigation, aux considérations relatives à la pêche, aux corridors de transit distincts et à la facilitation des opérations de recherche et de sauvetage. "Ces opérateurs développent une approche collaborative de la résolution des problèmes qui bénéficiera à toutes les parties prenantes", a-t-il déclaré dans un communiqué.

 

Au cours des quatre dernières années, l’énergie éolienne en mer aux États-Unis est passée d’un projet pilote à cinq turbines au large de Rhode Island, le Block Island, d’une puissance de 30 MW, à une nouvelle source potentielle d’énergie propre et concurrentielle sur le plan des coûts pour les États côtiers les plus peuplés du pays, Selon les prévisions du secteur, la capacité pourrait atteindre 16 GW d’ici 2030.

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/