Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

 

Eolink 2018 TheoRem 

 

France - Vendredi 28/09/2018. energiesdelamer.eu. Un communiqué de l'IFREMER annonce le retour à quai du prototype d’éolienne flottante EOLINK pour le 5 octobre. à l’échelle 1/10eme répond aux attentes : la puissance a atteint 14 MW contre les 12 MW visés, et l’engin tient malgré des pointes de vents jusqu’à 90 km/h.

 

De plus, la structure de 7 m de long et 6 m de large, avec des pales qui culminent à 22 m au-dessus de la mer, a bien tenu les conditions de vent les plus fortes. « Nous avons eu des pointes de vent jusqu’ à 90 km/h, soit l’équivalent de 270 km/h à l’échelle 1 : notre concept de gros rotor sur petit flotteur fait donc ses preuves » Enfin, l’orientation de l’éolienne face au vent a pu être testée à différentes conditions de courants.

L’équipe d’Eolink a commencé les tests en contrôlant la vitesse de rotation et l’orientation des pales du prototype. Puis les tests ont basculé en mode automatique en fonction de la vitesse et de la direction du vent dans la deuxième partie de l’été. L’Ifremer a apporté son appui sur le suivi et la maintenance des ancrages.

Le choix de l’échelle 1/10e était dicté par la taille des plus grosses vagues sur le site expérimental de Sainte-Anne-du-Portzic, des vagues de 2 m à 3 m, soit dix fois plus petites que celles observées au large. La prochaine étape pour Eolink est la mise en mer d’un prototype à l’échelle 4/5e au large de la Bretagne, soit une machine de 180 m de haut à bout de pale. A suivre d’ici 2021.

Le projet de l’éolienne Eolink est mené en partenariat avec l’Ifremer, avec le soutien de la Région Bretagne.

L’éolienne Eolink présente plusieurs aspects innovants :

- Son architecture. Le mât conventionnel est remplacé par quatre bras qui permettent d’améliorer la résistance de la structure, réduisant ainsi sa masse et son coût. Cette architecture permet d’installer un rotor plus grand, pour davantage d’électricité, sur un plus petit flotteur, donc moins coûteux.

- Sa mobilité, grâce au flotteur qui permet à  l’éolienne de pivoter et de s’orienter naturellement face au vent.

- Un gain de compétitivité : une telle éolienne pourra produire plus de 12 MW, permettant d’atteindre des coûts de production de l’électricité de l’ordre de 5 à 7c€/KWh.

En janvier dernier, la start-up fondée par Marc Guyot a levé près d’1 M€. Elle envisage un nouveau tour de table en 2019, puis un prototype presque grandeur nature, soit 180 mètres en bout de pales. Après 6 mois de mise à l'eau et de tests, Eolink sera rentrée cet hiver pour des révisions.

 

 

Points de repère

 

20/04/2018 - C'est à Sainte-Anne-du-Portzic, au site d'essais en mer de l'Infrastructure de Recherche THeoREM de l'Ifremer/ECN, qu'EOLINK est ancrée. Elle avait été remorquée depuis le Port de Brest dès que la météo l'a permis. Elle a été inaugurée à 18h. Les tests de la première éolienne flottante à l'échelle 1/10ème du concept 12MW EOLINK en mer vont commencer pour plusieurs mois.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/