Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

VIGOR WAVE ENERGY CONVERTER : minimaliste et très efficace



GÖTEBORG - (Suède- U.E.) - 16/03/2011- 3B Conseils - par Francis Rousseau - Le concept de récupération d'énergie des vagues Vigor Wave Energy Converter qui a été récemment choisi par Nordic Open Cleantech pour faire partie des finalistes de son concours et qui postule toujours pour des essais sur le site d'essai AB de Chalmers University of Technology, est un concept novateur très minimaliste mais très efficace . Les nombreuses vidéos de démonstration visibles sur son site ou les simulations postées sur Youtube montrent une technologie de type "serpent de mer" qui n'est pas sans rappeler non pas Pelamis mais plutôt Anaconda dont j'ai souvent fait état dans ce blog. Le Vigor Wave Energy Converter est en effet un très long tuyau flottant, dont la flexibilité totale est le maître mot et qui utilise à la fois l'eau et l'air comme des éléments mécaniques capables d'absorber l'énergie des vagues. Comme pour Anaconda, la flexibilité rend cet engin parfaitement capable de suivre le mouvement des vagues plutôt que d'opposer des points de résistance.

Le principe de fonctionnement même de Vigor Wave Energy Converter ne manque pas de similitude avec la vieille vis d'Archimède, mais au lieu d'une vis solide, il s'agit d'un tuyau souple capable d'absorber des paquets d'eau et de l'air sur un plan vertical en 2 dimensions. Le schéma montre la façon dont les paquets d'eau absorbés créent une différence de pression à chaque crête de façon à progresser, entre chaque paquet d'air tout au long du tuyau. Le principe utilise la différence de hauteur (H-2A) de chaque paquet d'eau pour créer une pression et un débit à l'intérieur du tuyau. Ce système mécanique relativement simple possèderait un potentiel très important pour produire de l'énergie à des coûts efficaces pour peu que les tuyaux soient montés en éventail autour du générateur auxquels ils sont reliés (cf image finale de la vidéo). Toutes les simulations et les calculs démontrent un excellent taux de conversion du mouvement des vagues en pression et débit. C'est de cette façon apparemment simple que Vigor convertit les vagues en énergie en faisant appel à un minimum de matériel. La flexibilité, qui est le credo de Vigor Wave Energy Converter permet notamment d'affronter des conditions de mer extrêmes qu'aucun autre convertisseur d'énergie des vagues ne sera capable d'affronter.
La première section de 40 mètres de longueur est déjà en cours de construction.

Sources sites liés. Photos ©Vigor Wave energy Converter

GE lance une éolienne offshore 4MW d'un genre nouveau



GÖTEBORG- (Suède-U.E.) - 15/03/2011- 3B Conseils - Par Francis Rousseau - GE a annoncé hier à Bruxelles le lancement de son éolienne 4.1-113, une turbine de 4 MW, optimisée pour une utilisation offshore et conçue, d'après le constructeur, pour apporter un niveau de fiabilité supérieur à l'industrie éolienne offshore. GE a même annoncé à l'EWEA avoir signé un accord avec Göteborg Energi pour fournir une éolienne 4.1-113 avec contrat de services, destinée à être installée dans le port de Göteborg en Suède avant la fin de l'année 2011. Ce projet, soutenu par l'Agence Suédoise de l'Energie via son programme technologique, démontre l'intérêt de l'Agence pour la technologie offshore de pointe. Pour GE, ce projet suédois fait partie de sa stratégie européenne de positionnement offshore, qui représente un investissement de 340 millions d'euros.

Si GE a décidé de communiquer beaucoup sur le lancement de cette turbine de 4MW au moment où d'autres constructeurs construisent déjà des puissances supérieures (5, 6 MW) et se dirigent vers des puissances plus importantes encore (7 voire même 10 MW), c'est que le constructeur américain est particulièrement sûr de cette innovation technologique qui repose non pas sur un nouveau défi de puissance mais sur une fiabilité industrielle accrue en mer. Victor Abate, vice-président des énergies renouvelables chez GE Power & Water, l'a exprimé en disant : « Nous sommes fiers d'annoncer la prochaine étape de notre plan stratégique dédié à l’offshore. Notre éolienne 4.1-113 correspond à notre technologie la plus avancée. Il s'agit de la seule éolienne à transmission directe conçue exclusivement pour l’offshore. Göteborg Energi est un excellent partenaire et nous recevons avec gratitude le soutien des autorités locales pour notre projet. »

Mais qu'est-ce qui fait la supériorité technologique de cette turbine sur les autres ? Selon GE, la technologie de transmission directe, qui comporte moins d’éléments mobiles, permet un design simple et fiable avec " fonctionnements redondant et partiel intégrés pour les composants principaux ", particulièrement adapté à un bon fonctionnement des turbines en mer. Plus simplement, on peut dire qu'en éliminant les pièces d'engrenage coûteuses, la technologie de la transmission directe diminue de fait les dépenses de fonctionnement et les risques d'incidents. Du point de vue de l'entretien, la technologie s'appuie sur une approche modulaire innovante qui maximise la réparation in situ et réduit le besoin de faire appel à des navires d'entretien de grande taille.

Le design de la 4.1-113 optimisé pour maximiser la capture énergétique est, en réalité, une adaptation de la GE à transmission directe 3.5MW, l'éolienne offshore à transmission directe qui a fait le plus ses preuves sur le marché. La 3.5MW fonctionne depuis 2005 sur un site côtier en Norvège, dans un environnement assez hostile avec des vents violents et de fortes turbulences. En offrant avec la GE 4.1-113 le produit à transmission directe le plus avancé des applications offshore, approchant ainsi des niveaux de fiabilité équivalents à ceux du parc éolien terrestre, GE estime que c'est 50 années d'expérience qui viennent d'être intégrés au design de la GE 4.1-113. En effet ce design résulte des solutions développées pour le parc terrestre de GE depuis de nombreuses années, dont la solution de pointe GE pour le contrôle des charges, qui permet de réduire les forces transmises à la machine et de minimiser les coûts de fondation.
Dans le concert des commentaires élogieux habituels lors de pareils lancements, Jonas Cognell, directeur de l'énergie renouvelable chez Göteborg Energi, a tenu à dire : « GE propose la technologie la plus avancée du moment avec une plate-forme qui a fait ses preuves et une puissance maximum. En Suède, il y a encore un grand potentiel pour les activités liées à l'énergie éolienne, particulièrement offshore ».
Environ 50 nouveaux emplois seront créés d'ici 2016, suite à l'investissement de GE dans le pays.


Sources. Sites liés. Photo 1 : l'éolienne GE 4.1-113 © GE. Photo 2 : Le parc éolien en mer suédois de Lillgrund

Lecteurs abonnés à la lettre quotidienne, vous qui recevez chaque jour l'article à domicile, ne manquez pas de vous rendre d'un clic sur le blog lui-même où des CORRECTIONS sont apportées en temps réel par l'auteur dans les articles, où une colonne DERNIÈRES NOUVELLES (à droite) et une colonne CALENDRIER DES ÉVÉNEMENTS (à gauche) sont réactualisées en permanence. Vous en apprendrez de belles... et dans toutes les langues !

Japon en deuil

PARIS – (France – U.E.) – 14/03/2011 - 3B Conseils - Le New York Times a publié une carte interactive de l'impact du séisme au Japon.
Au moment où le Japon fait face avec une remarquable dignité à une série de catastrophes, le blog tient à rendre hommage aux Japonais et à s’associer à leur douleur. Après le tremblement de terre d’une magnitude rarement atteinte et le tsunami particulièrement ravageur, le pays doit aujourd’hui prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter un accident radioactif majeur. Nous ne pouvons que les soutenir dans leurs efforts pour éviter ce danger qui pourrait avoir des conséquences planétaires.
Il convient de dire qu’aucune source d’énergie, renouvelable ou non, n’aurait pu résister à de tels évènements.
On peut ajouter aussi que des éoliennes en mer ou des panneaux photovoltaïques embarqués qui défaillent en mer n'ont pas les mêmes conséquences que des centrales nucléaires qui se fissurent.
Nous reprendrons dès demain nos informations sur les énergies renouvelables de la mer.

L’Indonésie : un marché potentiel pour CETO




Fremantle – (Australie) – 11/03/2011 – 3B Conseils – Article IdB – Le Vice Président de la République d’Indonésie s’est rendu hier à Fremantle, à l’ouest de l’Australie, pour visiter les installations de Carnegie Wave Energy (CWE) et en particulier étudier le récupérateur d’énergie des vagues CETO. Il y fut accueilli chaleureusement par Grant Mooney, Président de CWE : « Avec plus de 17 000 îles et un réseau électrique décentralisé, l’Indonésie est l’exemple même des futurs marchés pour CETO qui lui fournira de l’énergie et de l’eau douce tout en diminuant sa dépendance envers les carburants importés. Avec une population 10 fois supérieure à celle de l’Australie mais moitié moins de moyens de production d’électricité, l’Indonésie représentera un marché à forte croissance au fur et à mesure de l’urbanisation de la population. Les importantes ressources houlomotrices, la dispersion des îles et l’absence d’un réseau national d’électricité font de CETO le récupérateur particulièrement adapté au marché indonésien. »

Pendant sa visite, le Vice Président indonésien, accompagné de nombreux officiels, a pris connaissance du programme de tests dans les laboratoires à terre de CWE.
La technologie CETO (d’après le nom d’une déesse grecque de la mer) repose sur les mouvements de bouées sous-marines provoqués par les vagues qui permettent d’envoyer à terre de l’eau sous-pression. Les avantages sont nombreux : aucune pollution du paysage, pas de fondations, pas d’atteintes environnementales et les mouvements lents des bouées n’effraient pas la faune sous-marine.
Le site d’expérimentation en mer de CWE est situé au large Fremantle à environ 25 mètres de profondeur. Ce sera le premier projet australien commercial d’exploitation d’énergie des vagues qui démontrera le potentiel de la technologie CETO.

Source : Carnegie Wave Energy Lim.

Photos : Carnegie

NOVA : une révolution dans l’éolien offshore





Royaume-Uni (U.E.) – 10/03/2011 – 3B Conseils –article IdB - Il faut penser différemment pour trouver de nouvelles solutions. De ce point de vue le projet NOVA (Novel Offshore Vertical Axis) apporte une véritable innovation dans le domaine de l’éolien offshore. Ce consortium britannique qui comprend Wind Power Ltd, OTM Consulting, Cranfield University, University of Strathclyde, Sheffield University, James Ingram & Associates, the Centre for Environment, Fisheries & Aquaculture Science (CEFAS) et QinetiQ, a été créé en janvier 2009 par l’Energy Tecnologies Institute (ETI – Institut des technologies de l’énergie) avec un budget de £2,8 M et l’objectif d’étudier la faisabilité d’une nouvelle turbine offshore à axe vertical.

ETI vient de rendre son verdict sur l’aérogénérateur de Wind Power d’un point de vue technique, économique et environnemental et a mis en avant ses avantages potentiels sur les turbines conventionnelles.

Le souci permanent d’ETI étant la réduction des coûts, un aspect important de l’étude porte sur la possibilité de produire de l’électricité moins chère grâce à la taille réduite et à la grande facilité de maintenance de l’aérogénérateur.

Dr David Clarke, Chief Executive d’ETI déclare « Les éoliennes offshore traditionnelles ont simplement adapté la technologie existante des éoliennes onshore.Le projet NOVA est un concept radicalement différent qui montre que les machines à axe vertical sont techniquement faisables et peuvent être utiles dans certains cas précis. ..L’étude porte à la fois sur les structures fixées sur le fond et sur les structures flottantes et conclut que l’aérogénérateur pouvait être positionné dans des fonds supérieurs à 60 mètres, là où les vents sont plus forts. Cette étude nous a fourni beaucoup d’informations qui nous aideront à prendre des décisions pour l’avenir de notre programme offshore…. Cela démontre aussi la possibilité d’ETI de créer des partenariats entre les petites et moyennes entreprises, les Universités et les grandes compagnies qui n’auraient pas pu se créer autrement. »

De son côté Theodore Bird, créateur de Wind Power, affirme « Nous sommes reconnaissants à l’ETI d’avoir donné son support à ce projet. Nous souhaitons l’aider à accélérer le développement des technologies à bas carbone. Je voudrais aussi remercier les 45 personnes qui ont inlassablement travaillé sur ce projet. »
Le professeur Feargal Brennan de Cranfield University dit « Le projet a démontré le très important potentiel des éoliennes à axe vertical comparé à celui des éoliennes traditionnelles et devrait renouveler l’intérêt pour les investissements et le développement commercial de très grandes machines à axe vertical. »

Annie Hairsine, d’OTM Consulting précise « Cela a été très intéressant de voir comment un projet aussi innovant dans sa conception et ses coûts peut faire franchir un véritable pas à l’énergie éolienne offshore. »

Sources Renewable energy focus, ETI

Photo : “10MW Aerogenerator X ©2010 Wind Power Limited and Grimshaw”.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/