Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

Des innovateurs au service des carburants de demain

SAN CARLOS (Etats-Unis) - Dans le même esprit innovateur que ce qui est expérimenté avec les microalgues dans le projet français Shamash (cf.panneau n°13 de l'exposition et archive du 01/10/07), la start-up américaine LS9, installée à San Carlos (Silicon Valley, Californie), développe de nouveaux procédés associant la biotechnologie industrielle et la biologie synthétique. Fondée par les deux sociétés de capital-risque Flagship Ventures et Khosla Ventures, l'objectif de LS9 est de parvenir à des bioprocédés de stade commercial permettant la production en masse de produits voisins des dérivés pétroliers par une voie bactérienne entièrement renouvelable. Pour résumer, il s'agit en ayant converti des micro organismes en raffineries vivantes, de reproduire sur des échelles de temps industrielles, des mécanismes et des processus de maturation et de différenciation qui se sont exercés sur des durées géologiques. LS9 fait appel à de jeunes innovateurs comme le Dr. David Berry, (titulaire d'un PhD au MIT) qui ont en commun d'associer à leurs talents scientifiques, une large curiosité et de vastes ambitions technologiques, de même qu'un état d'esprit en phase avec les nouvelles frontières scientifiques et technologiques qui se doivent d'être vastes et interdisciplinaires.
Sources :
- Photo : Microalgue Dinophysis © Ifremer
- Scientist plants seed for bio-fuel - Funds co. to turn microorganisms into petroleum, 7/10/2007 http://redirectix.bulletins-electroniques.com/gLNaG
- TR 2007 Young Innovator - David Berry, 29 - Renewable petroleum from microbes - http://www.technologyreview.com/TR35/Profile.aspx?TRID=603
- Making Gasoline from Bacteria 01/08/2007 - http://www.technologyreview.com/Biztech/19128/?a=f
- Brève ADIT n° 51422
Pour avoir accès a l'intégralité de la dépêche, cliquer sur le titre de ce message

Hautes sphères...

PALO ALTO - (Reuters) - 13/10/07 - Lors d'une apparition en public en Californie, près de neuf heures après l'annonce à Oslo de son prix Nobel de la paix, Al Gore a déclaré : "Il va nous falloir trouver rapidement les moyens de modifier la conscience qu'a le monde de la situation exacte à laquelle nous sommes confrontés. Il s'agit du défi le plus risqué auquel nous ayons jamais eu à faire face, mais c'est aussi une formidable occasion de provoquer des changements que nous aurions de toutes façons à faire pour d'autres raisons", a souligné l'ancien vice-président américain reconverti dans la défense de l'environnement."Pour ma part, je ferai tout pour essayer de trouver comment mettre à profit l'honneur et la reconnaissance de ce prix pour accélérer l'évolution des consciences et de l'urgence. Je retourne immédiatement au travail, ce n'est qu'un début".

Les turbines marémotrices de l'East River

NEW YORK - 11/10/07 - La compagnie Verdant Power qui avait installé ses deux premières turbines marémotrices à l'embouchure de l'East River à New York, en décembre dernier vient d'annoncer un bilan mitigé après quelques mois d'essais. Fin juin, 40 MWh ont été fournis au réseau électrique de la ville de New York par les turbines du projet, mais celles-ci ont arrêté de fonctionner. Après que des pales aient été brisées, ce sont des boulons qui ont commencé à céder et décidé de l'arrêt de l'essai. La compagnie espère reprendre les essais en novembre avec des turbines au design modifié. Cette première phase d'essai s'accompagnait d'un suivi de l'impact sur la faune, dont les résultats sont pour l'instant positif puisque aucune perte de poissons n'a été observée.
Source : Bulletin électronique du Ministère des Affaires Etrangère/Etats Unis n° 94. Ambassade de France aux Etats-Unis / Photo ©Verdant Power / Le dossier concernant l'utilisation des énergies de la mer aux USA publié par le BE/USA est consultable en cliquant directement sur le titre de ce message.

Première centrale osmotique en Norvège

OSLO (Norvège)- 10/10/07 - La société norvégienne Statkraft, déjà connue pour ses fermes éoliennes, lance la construction du premier prototype au monde de centrale osmotique. Ce prototype devrait voir le jour fin 2008, à Buskerud en Norvège. "Ce procédé propre et renouvelable pourrait, à terme, assurer 10% de la production norvégienne" assure Bard Mikkelsen, dirigeant de Statkraft Le phénomène d'osmose, décrit dans le panneau n° 12 de notre exposition, jusque là au stade de la recherche, désigne le flux d'un liquide concentré vers un liquide moins concentré à travers une membrane semi-perméable. Le liquide concentré est l'eau de mer. Le moins concentré : l'eau douce. Les deux eaux sont séparées par une membrane et c'est la pression exercée sur la membrane qui permet de produire de l'électricité. Le potentiel technique de l'énergie osmotique dans le monde est estimé à 1600 TWh. Pour l'Europe, il s'élèverait à 200 TWh. Il aura fallu une dizaine d'années pour mettre au point le processus, et commencer la construction du prototype. Ses concepteurs prévoient une production comprise entre 2 et 4 kW.
Sources : http://www.statkraft.com & www.enerzine.com.
Photo©statkraft : vue d'artiste du prototype de centrale osmotique placée exactement au niveau de la mer

La Commission européenne face aux mers

BRUXELLES (Reuters) - 10/10/07 - La Commission européenne a proposé ce mercredi de mettre sur pied une politique maritime intégrée à l'échelle de l'Union européenne."Je suis convaincu que notre avenir réside en grande partie dans le potentiel inexploité des océans", a déclaré lors d'une conférence de presse José Manuel Barroso, le président de la Commission. "Les océans et les mers ne sont pas seulement les frontières de l'Europe, elles rassemblent aussi les Européens.". 40% de la population européenne vit le long des 70.000 km de côtes de l'UE, y produit 40% de son PIB et concentre 60% du tourisme. Environ 90% du commerce extérieur de l'Union et 40% de son commerce interne transite par ses ports. Les Vingt-Sept disposent du plus grand réseau de ports du monde, par lesquels transite la moitié de leur approvisionnement énergétique, leur flotte marchande équivaut à 40% du total mondial et la production d'énergie off-shore connaît un essor. "Il faut aller au-delà des politiques sectorielles", a souligné Barroso, qui s'attend toutefois à des "résistances".

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/