Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

Carte mondiale des vents Banque mondiale EDM 03 04 019

 

Espagne - Bilbao – Mercredi 3/04/2019. energiesdelamer.eu. partie 3. Environ 500 milliards de dollars devraient être investis dans des projets éoliens offshore d'ici 2030 selon la Banque mondiale qui a signé début mars un accord avec le Global Wind Energy Council - Conseil mondial de l’énergie éolienne (GWEC) - qui publie la 14e édition du Global Wind Report.

Les données du rapport du GWEC confirment que 2018 a été une année positive pour l'industrie éolienne, avec 51,3 GW de nouvelles installations et prévoit l'installation de 40 GW de nouvelles capacités éoliennes en mer au cours des cinq prochaines années.

Les mécanismes fondés sur le marché, tels que les enchères, les appels d'offres et les certificats verts, ont été les principaux moteurs des nouvelles installations en 2018.

 

GWEC s'attend à une forte croissance dans la période à venir, avec une nouvelle capacité d'environ 300 GW dans les cinq prochaines années, la croissance proviendra des marchés émergents et de l'éolien offshore alors que l'industrie éolienne continue de prouver sa compétitivité en termes de coûts par rapport à la production de combustibles fossiles historiques et au nucléaire dans le monde entier.

 

L'éolien offshore entre dans une période de croissance accélérée et le secteur est dorénavant véritablement mondialisé. Le GWEC prévoit l'installation de 40 GW de nouvelles capacités éoliennes en mer au cours des cinq prochaines années (environ 15% du total des installations chaque année).

 

Le 6 mars dernier, la Banque mondiale a signé un accord avec le GWEC et avait annoncé un nouveau programme visant à accélérer l'adoption de l'énergie éolienne en mer dans les pays en développement. La Banque mondiale et la SFI aideront les marchés émergents à évaluer leur potentiel éolien en mer et fourniront une assistance technique afin de développer un portefeuille croissant de projets prêts à être investis par les développeurs d'énergie renouvelable.

 

L'industrie éolienne en mer a presque été multipliée par cinq depuis 2011, avec 23 gigawatts installés fin 2018 et un grand nombre de projets prévus en Europe, en Chine et aux États-Unis.

 

L'éolien en mer représente aujourd'hui environ 26 milliards de dollars d'investissements annuels, soit 8% des nouveaux investissements mondiaux dans les énergies propres, et cette proportion devrait augmenter de manière spectaculaire. Environ 500 milliards de dollars devraient être investis dans des projets éoliens offshore d'ici 2030.

 

Les pays cibles 

C'est une opportunité importante pour les pays dotés de fortes ressources éoliennes en mer, notamment le Brésil, l'Indonésie, l'Inde, les Philippines, l'Afrique du Sud, le Sri Lanka et le Vietnam. L'éolien offshore peut également fournir une capacité de production propre supplémentaire aux pays en développement dont les populations vivent sans accès à une électricité fiable.

 

Le potentiel technique du Vietnam en matière d’éolien offshore fixe et flottant est de 309 GW, tandis que l’Afrique du Sud et le Brésil ont respectivement 356 GW et 526 GW de potentiel éolien offshore technique. Cela représente une opportunité non négligeable pour des projets éoliens offshore à grande échelle, fixes ou flottants, compétitifs sur le plan des coûts, situés à proximité de zones à forte demande en énergie.

 

«L’énergie éolienne en mer est dotée d’un potentiel énorme de transformation du bouquet énergétique dans les pays dotés d’énormes ressources éoliennes. Nous pouvons maintenant intensifier les projets éoliens offshore dans les marchés émergents », avaient déclaré Riccardo Puliti, directeur et responsable de l'énergie et des industries extractives à la Banque mondiale et Bertrand de la Borde, directeur de l'IFC filiale de la Banque mondiale et chef mondial de l'énergie et des mines.

 

«Cet investissement permettra de partager notre expertise de pointe mondiale à l'échelle mondiale afin d'encourager les pays en développement à s'éloigner de l'énergie du charbon et à adopter les énergies renouvelables pour développer leurs économies» a déclaré la ministre britannique du gouvernement britannique Energy & Clean Growth, Claire Perry.

 

Dirigé par le Programme d'assistance à la gestion du secteur de l'énergie (ESMAP) de la Banque mondiale, en partenariat avec la SFI, le programme, doté de 5 millions de dollars US, est lancé grâce à une subvention de 20 millions de livres sterling du gouvernement britannique à ESMAP pour aider les pays à revenu faible et intermédiaire pays mettent en œuvre des solutions énergétiques respectueuses de l’environnement.

 

Ces travaux seront menés en coopération avec le GWEC et son groupe de travail sur l'éolien offshore récemment constitué, qui réunit les principaux développeurs d'éoliennes offshore, fabricants d'équipement et prestataires de services.

 

Le programme réunira des gouvernements de pays en développement, des promoteurs commerciaux, des partenaires de développement et des experts en énergie éolienne afin de sensibiliser les marchés émergents aux opportunités éoliennes en mer et de jeter les bases d'un pipeline de nouveaux projets pouvant bénéficier d'un financement de la Banque mondiale ou de la SFI. La Banque mondiale et la SFI collaboreront avec des partenaires des secteurs public et privé pour entreprendre des études techniques et élaborer des stratégies nationales visant à faciliter l’adoption de cette technologie de plus en plus compétitive sur le plan des coûts.

 

 

Une carte mondiale des vents

L’atlas mondial de l’énergie éolienne, développé en partenariat par l'ESMAP (Energy Sector Management Assistance Program) et le département Énergie éolienne de l’Université technique du Danemark couvre 30 km au large à 250 m de résolution, aidera les décideurs et les investisseurs à identifier les zones potentielles de production d’énergie éolienne susceptibles de générer des vents forts pratiquement n'importe où dans le monde.

 

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/