Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

Searoc

 

Chichester - Royaume-Uni - Mardi 27/07/2016 – energiesdelamer.eu. Les incidents liés à l’installation et l’exploitation de câbles sous-marins pour les parcs éoliens offshore ont été estimés par GCube à €60 millions en 2015. SeaRoc s’appuie sur le rapport de GCube Underwriting Ltd.

Celui-ci a été publié en juin 2016 pour valoriser son système de gestion et de surveillance du milieu marin, SeaPlanner, qui est conçu pour assurer le suivi de la construction d'un parc éolien en mer et les projets d'O&M.

Selon SeaRoc les incidences financières du problème expertisé par GCube peuvent être réduites de manière significative par une meilleure qualité de contrôle pendant la pose de câbles, ainsi que la surveillance continue et la mise en œuvre des plates-formes de collecte et d'analyse des données fiables.

 

Dominic Stratton, Sea -Planner Manager chez SeaRoc déclare « Nous avons la capacité d'identifier les câbles à risque grâce à l'analyse des données géophysiques, géotechniques et d'ingénierie. Cette solution a l'avantage d'être adapté à l'intégration avec notre logiciel de SeaPlanner, donnant ainsi accès à compléter les données du site, à partir d'une interface centrale".

SeaPlanner intègre les données en direct et les croisent avec d’autres sources sources pour offrir une vue complète en temps réel des opérations sur le site. SeaPlanner enregistre les données tout au long de la durée de vie d'un projet, y compris le maintien d'un registre de tous les mouvements des navires et du personnel sur le site. Avoir accès à ces données permet de tirer des enseignements, l'amélioration des processus et l'introduction de la normalisation du projet.

 

 

GCube

L’assureur GCube Underwriting Ltd avait publié ce rapport Down to the Wire. Il mentionne que les incidents liés à l'installation et l'exploitation de câbles sous-marins haute tension sont la cause la plus onéreuse des pertes financières dans l'industrie éolienne offshore mondiale et a conduit à des réclamations d'assurance totalisant plus de 60 millions € en 2015.

Il mentionne en particulier “que le secteur européen de l'éolien offshore se prépare à entrer dans une phase prolongée de construction en eau profonde et de nouveaux marchés s’ouvrent en Amérique du Nord et en Asie”.

 

Pour l’assureur il est crucial que l'industrie commence à répondre au problème des câbles qui peut engendrer plus de 100 jours voir plus de retards et créer d'importants dépassements de coûts.

 

En moyenne, au moins 10 pannes de câbles sous-marins sont déclarés aux assureurs chaque année dans le secteur éolien offshore. Bien que cette fréquence soit faible, l’impact financiers de ces incidents sur les développeurs, les propriétaires du projet et les propriétaires de transmission offshore (OFTOs) continue de croître - de telle sorte qu'ils représentent 77% du coût global total des pertes de parcs éoliens offshore.

 

La gestion de cette incidence financière sera essentielle si l'industrie veut répondre à des objectifs de plus en plus strictes en matière de réduction des coûts et l’intérêt de la communauté internationale des investisseurs.

 

Fondamentalement, le rapport constate que les deux tiers des défauts de câble enregistrés dans une vaste base de données peuvent être attribués à une erreur de l'entrepreneur pendant les phases d'installation, même si ceux-ci ne se manifestent pas jusqu'à ce que les parcs éoliens sont opérationnels.

 

Cela met en évidence une exigence croissante, non seulement pour assurer le contrôle de la qualité lors de la pose de câbles, mais aussi de créer des canaux de communication plus efficaces et d'améliorer les procédures de collecte de données.

 

"Il est frappant que la fréquence des incidents de câblage sous-marin dans l'éolien offshore peut faire remonter à l'erreur humaine», a déclaré Jatin Sharma, Directeur de la division Business Development de Gcube et auteur du rapport Down to the Wire. Le rapport préconise de mettre en bonne pratique et à promouvoir la collaboration pour minimiser les pertes de bilan, mettant en vedette l'expertise technique de HVPD, 6 Alpha Associates, Vattenfall, RES Offshore, CPNL, MWAVES Tetratech, BVG et Associés RELA. 

 

Par exemple en février 2015, les habitants d’Anholt avaient subi une coupure de courant de 31 minutes, jusqu’à ce que le système d’urgence soit mis en route. La rupture du câble d’export sous-marin du parc éolien offshore d’Anholt opéré par DONG Energy d’une capacité de 400 MW était près de la sous-station à l'interconnection avec la sous-station. Les réparations avaient été estimées à au moins 3 semaines selon l'état de la météo.

 

Source : SeaRoc, GCube, energiesdelamer.eu

 

EDM 2016

Pour s'abonner gratuitement à la Quotidienne du portail energiesdelamer.eu c'est simple.

Il suffit de s'inscrire dans la colonne de droite sur la page d'accueil ou de cliquez ICI


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/