Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

Capture decran 2018 07 21 a 01.23.36 

 

France – Tunisie - 20/07/2018 - Tribune pour energiesdelamer.eu de Syrine Ismaili, professeur à l'unité de recherche au CERAPS.

 

« Formation, conditions de vie et du travail du personnel en mer, … reviendrait à permettre un transport sûr, des installations sécurisées et des activités en mer plus fiables ».

Lors d’un accident, impliquant le navire ou les installations en mer, on pointe souvent du doigt des défaillances structurelles ou encore des déficiences techniques.

Pourtant, contrairement à ce qui est communément admis, près de 80% des accidents en mer ont comme origine directe l’élément humain. Les défaillances structurelles ou techniques peuvent participer à la survenance d’accidents mais ne sont responsables directes qu’à moindre mesure.

Plusieurs facteurs mettent l’élément humain au cœur des causes de l’insécurité en mer. Pour des raisons purement comptables, certaines entreprises de transports peu scrupuleuses n’hésitent pas à embarquer au bord de leurs navires un équipage en sous-effectif, peu compétent ou n’ayant pas les conditions physiques et morales à affronter les dangers de la mer. Toujours pour la même logique, on n’hésite pas à recruter un personnel de différentes nationalités présentant une main d’œuvre moins chère sans se soucier du manque de communication que cette diversité peut provoquer et qui peut être décisif lors d’une situation critique.

Si on ajoute à cela un environnement de travail et de vie non convenable, ne permettant pas aux travailleurs d’accomplir leurs tâches dans les règles de l’art pendant les heures de travail et de se reposer dans des conditions dignes et humaines pendant les heures de repos, l’erreur humaine devient plus que probable et ouvre grand la porte aux accidents.

 

Les conséquences sont parfois considérables. Outre les dommages causés aux installations, aux biens et à l’environnement marin, les vies humaines sont menacées.

Et même si la grande majorité des législateurs des pays maritimes ont adopté des lois dans le but de prévenir l’erreur humaine et de prendre en considération la condition du personnel maritime de manière à lui octroyer un environnement de vie et de travail décent, beaucoup de travail reste à faire en la matière. Il est, en effet, constaté que pour des raisons diverses mais principalement matérielles, l’accent est mis sur les équipements matériels en matière de prévention des accidents mais aussi lors du contrôle de l’application des règles de sécurité, lequel est effectué par les autorités maritimes compétentes. Et même si ce constat est différent d’un pays à un autre, d’une région maritime à une autre, il reste valable d’une manière générale.

Conséquemment, la logique comptable du départ se révèle totalement erronée et les adeptes de cette logique se retrouvent face à des charges financières beaucoup plus importantes qu’un investissement de départ permettant d’éviter l’erreur humaine. En effet, le « coût de la sécurité » devient très important puisque y seront intégrées les dépenses pour réparations et indemnisations nécessaires, sans oublier l’augmentation systématique des coûts de l’assurance.

En définitive, prendre en compte les conditions de vie et de travail du personnel en mer, reviendrait à permettre un transport sûr, des installations sécurisées et des activités en mer plus fiables. Cela reviendrait donc à contribuer à la prospérité du commerce international et des échanges entre les pays. C’est aussi le moyen de contribuer à préserver les océans, les mers et les littoraux qui ont tant souffert des répercussions de l’activité économique, sous forme de pollutions accidentelles ou volontaires endommageant la faune et la flore aquatique.

 

Syrine Ismaili-Bastien Docteur en Droit, enseignante, chercheuse, vient de publier « Sécurité, sûreté maritime et facteur humain : le cas de la Tunisie »  dans la collection "Affaires maritimes et Transports - éditions l’Harmattan, paru en mars 2018

 

 

 

 

Points de repère

 

20 07 018 EDM Syrine IsmailiRésumé de la thèse soutenue le 06-04-2012 à Lille 2 , sous la direction de Jean-Jacques LAVENUE Professeur de Droit Public, dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille), en partenariat avec Centre d'études et de recherches administratives politiques et sociales (Lille).

La fréquence des accidents en mer et l'ampleur des dégâts de certains d'entre eux permettent de s'interroger sur l'efficacité des mesures de sécurité et de sûreté maritimes.

En parallèle, l'importante participation du facteur humain dans la survenance de ces accidents devient une réalité de plus en plus acceptée. Les conditions de vie et de travail des marins à bord des navires, l'effectif, la durée de travail... sont autant d'éléments déterminants dans la survenance de l'erreur humaine.

Ce sont, par conséquent, autant d'éléments à considérer dans la prévention des accidents, sans pour autant les dissocier du système organisationnel global.

Pourtant, à travers le monde, les mesures législatives prenant en considération ces éléments sont rares et souffrent d'une application partielle et d'un manque considérable de contrôle à l'occasion des différentes inspections maritimes. Même si cette constatation varie d'un État maritime à un autre, la Tunisie n'y déroge pas. Des lacunes en la matière existent aussi bien au niveau de l'adoption des lois, que de leur application effective ou du contrôle leur étant réservé. Il conviendra d'en déceler les causes et d'essayer de les combler.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/