Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

 

 

 

 

France – Mercredi 27/09/2017 – energiesdelamer.eu. Alstom – Siemens semblent sur « rail », mais qu’en est-il de STX ?

Marc Petitier, avocat associé chez le consultant Linklaters, a décrypté pour l’Usine Nouvelle, les obstacles qui se dressent pour réaliser un Airbus naval, réunissant STX, Fincantieri ou encore Naval Group.

 Sans s'exprimer sur la méfiance vis-à-vis de Fincantieri, Marc Petitier estime qu’il était plus aisé de céder les Chantiers de l’Atlantique à un groupe norvégien en 2006. De manière générale, il existe aujourd’hui une préoccupation bien plus forte qu’il y a dix ans en matière de contrôle des investisseurs étrangers ; on le voit notamment au travers du décret Montebourg ou encore avec les très récentes propositions de la Commission européenne. C’est une véritable tendance de fond.

 

 

Un Airbus naval est-il réaliste ?


Ce thème revient régulièrement, par exemple lorsqu’un secteur industriel est en difficulté ou lorsqu’il est en concurrence forte avec des acteurs extra-européens. Un Airbus du naval est réalisable, mais il serait compliqué à mettre en œuvre car il existe de nombreux obstacles à franchir pour y parvenir, même en présence d’une volonté politique forte. D’autres options sont également envisageables, comme par exemple la conclusion d’accords de coopération, ou encore la création de joint-venture sur certains aspects comme sur les achats.

 

Quels sont ces obstacles auxquels vous faites référence ?


J’en vois quatre. Premièrement, il faut se mettre d’accord – outre sur la valorisation respective des entreprises participantes - sur la gouvernance et sur le management du nouvel ensemble ; le poids respectif des parties étant sur ce plan décisif. Ensuite, le droit de la concurrence en matière de contrôle des concentrations : rapprocher des concurrents notamment dans le monde du paquebot, cela réduit automatiquement la concurrence en France et en Europe. Elle deviendrait potentiellement très réduite. En matière militaire, les règles sont différentes et il existe sans doute plus d’acteurs, et donc de marge de manœuvre.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/