Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

2 iles offshore

France – Lundi 24/10/2016 – Quotidienne energiesdelamer.eu. En attendant l’appel d’offre de Dunkerque et les annonces probables de Manuel Valls lors des Assises annuelles de l’Economie de la Mer qui se tiennent à la Rochelle les 8 et 9 novembre prochains, Engie a annoncé que le consortium soumettra les demandes de permis pour l'exploitation des champs du Tréport (Seine-Maritime) et de Yeu-Noirmoutier (Vendée) remporté en 2014 contre EDF/ Alstom- GE, au début de l’année 2017.

Le consortium mené par Engie réunit toujours Energias de Portugal Renewables (EDPR), la Caisse des dépôts et l’industriel Adwen dont le sort devrait être scellé le 25 octobre par Siemens.

Le Figaro rapporte que Raphaël Tilot, le directeur des projets éoliens offshore d’ENGIE  a déclaré  que de nombreuses études « avaient été menées pour confirmer les hypothèses initiales, comme des campagnes géotechniques ou des mesures de vent, et les choix techniques comme les positions d'implantation des éoliennes et des câbles”.

“À l'arrivée, les prix initiaux ont été confirmés par le consortium. D’après le Figaro « même si Raphaël Tilot ne s'épanche pas sur le sujet, la technologie éolienne offshore de la 8MW étant encore en développement à Bremerhaven, les tarifs de rachat de l'électricité éolienne qui sera produite au Tréport et à Yeu-Noirmoutier seront significativement supérieurs aux prix de marché actuels.

Par ailleurs, toujours d’après le Figaro, le consortium conduit par Engie, atteindra sa prochaine étape significative au début de l'année 2017, avec la soumission des demandes de permis, puis le démarrage des enquêtes publiques, (processus indispensable et laborieux). La première procédure doit durer un an environ, de telle manière que les permis, préalables aux décisions finales d'investissement, devraient être octroyés au début de l'année 2018. Quant aux enquêtes publiques, il faut les séparer du débat public conduit en 2015 dans les deux régions concernées et qui reposait essentiellement sur une phase de concertation ».

Points de repère

Le consortium dirigé par la société énergétique française Engie soumettra les demandes de permis pour le développement et l'exploitation de deux parcs éoliens offshore dans les eaux françaises totalisant près de 1 GW de capacité au début de 2017.

En mai 2014, le consortium comprenant Engie, EDP Renewables, Neoen Marine et Areva, a remporté un appel d'offres pour construire et exploiter le 496MW Treport parc éolien offshore dans la région Seine-Maritime, et 496MW Yeu-Noirmoutier parc éolien offshore dans la région de la Vendée.

Dans l'intervalle, Neoen et Areva ont quitté le consortium et ont été remplacés par la banque française Caisse des dépôts (CDC).

Le consortium actuel de Engie (47%), EDP Renewables (43%), et la CDC (10%).

Le consortium prévoit également de lancer un processus officiel de consultation publique sur les deux projets au début de 2017.

On ignore encore si le consortium va coller avec le plan original de l'utilisation de turbines Adwen 8mW sur les deux parcs éoliens, après Areva sortant des deux projets et la vente de sa participation de 50% dans Adwen au consortium Siemens-Gamesa.

Assises de la Mer http://www.economiedelamer.com/

Ajouter un Commentaire



 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/