Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

 

EDM OREApproved Bladebug

 

Royaume-Uni - Lundi 3/06/2019 - energiesdelamer.eu. Toujours en première ligne pour l'innovation destinée à l'éolien en mer, les industriels et les académiques lancent un vaste programme de 4 millions de livres sterling nommé MIMRee.

 

ORE Catapult a dévoilé le 28 mai dernier un nouveau projet de Recherche et Développement (R&D) de 4 millions de livres sterling nommé : . Il est destiné à développer la première solution entièrement autonome d’inspection et de réparation des éoliennes en mer.



Selon le communiqué publié par ORE Catapult, ce nouveau projet d’innovation intersectoriel de 4 millions de livres sterling devrait mettre au point la première solution d’inspection et de réparation robotique entièrement autonome au monde pour les parcs éoliens offshore, ce qui devrait permettre à un parc éolien moyen d’économiser environ 26 millions de livres sterling durant son cycle de vie.

Le MIMRee (inspection, maintenance et réparation multi-plateformes dans des environnements extrêmes) financé par Innovate UK est un ambitieux projet de deux ans réunissant des compétences spécialisées dans les domaines de la robotique, des tests non destructifs, de l'intelligence artificielle, de la planification de missions spatiales, des technologies marine et aérienne. ingénierie et nanobiotechnologie. Son objectif est de prouver que les opérations d’éolien en mer et les missions de maintenance peuvent être menées par des navires autonomes, des véhicules aériens et des robots rampants.

Les huit partenaires académiques et industriels sont : Plant Integrity Ltd, Offshore Renewable Energy Catapult, Thales, Wootzano Ltd, The University of Bristol, The University of Manchester, Royal Holloway - The University of London et The Royal College of Art.

 


Les missions d’inspection et de réparation sur les pâles d’éoliennes sont généralement effectuées par des techniciens spécialisés dans l’escalade, travaillant souvent dans des conditions extrêmes et par des fenêtres météorologiques restreintes. Grâce à cette approche, la durée d’immobilisation de l’éolienne, et donc la perte de production d’énergie, est élevée, tandis que l’utilisation quotidienne de navires de transfert des équipages représente une part importante des coûts d’exploitation et de maintenance d’un parc éolien.


Les partenaires industriels et universitaires travailleront ensemble à ce nouveau système révolutionnaire qui s'appuiera sur leurs propres innovations. Plant Integrity ltd dirigera le consortium et Catapult fournira des informations sur la filière industrielles de l’éolien en mer, une expertise en ingénierie et un accès à des installations permettant de tester et de démontrer le système MIMRee.

Le navire autonome Halcyon de Thales jouera un rôle clé, de même que le système de drones mis au point par le Dr Tom Richardson de l’Université de Bristol et le robot de réparation à « six pattes » BladeBUG, inventé par l’entrepreneur Chris Cieslak.

Le principal défi en matière d’innovation consistera à réunir ces unités au sein d’une équipe capable de planifier, de communiquer, de partager des données et de travailler ensemble dans une chaîne de tâches complexes.

 

Le Robot rampant Bladebug est développé par l’Université de Manchester en lien avec l’Université Royale d’Holloway de Londres (RHUL) spécialisée dans le développement de système d’intelligence artificielle) (image Ore Catapult)

 

Le Dr Simon Watson de l'Université de Manchester dirigera le développement d'un système de transport, de déploiement et de récupération de la chenille à pales tandis que le Dr Sara Bernardini de l'Université Royal d’Holloway de Londres dirigera la création d'une interface homme-machine permettant au personnel installé à terre d'analyser les données transmises par MIMRee et intervenez si nécessaire.

 

Sara Bernardini propose « de travailler en étroite collaboration avec un groupe de techniciens en éolienne offshore pour créer des personnages pour les robots et cartographier les tâches qui permettront à une mission dirigée par l'homme de devenir une opération autonome. Les tests et la consultation des techniciens seront cruciaux pour la conception de l'interface de surveillance et d'intervention à distance et la compréhension de la gestion des imprévus dans une mission. »


En cas de succès, les futures inspections et réparations de parcs éoliens en mer seront très différentes de celles d’aujourd’hui. Des navires autonomes entameront et planifieront des missions, et cartographieront et balayeront les pales des éoliennes à l'approche pour comprendre où les robots devraient être déployés.



Des drones embarqués décolleront du vaisseau-mère pour effectuer une inspection par imagerie visuelle et hyperspectrale des pales et transporter des robots rampants sur la pale afin d'effectuer des réparations à l'aide d'un bras robotique innovant permettant de recouvrir les pales (créé sur mesure par l'équipe du Dr Sina Sareh au Laboratoire de robotique du Royal College of Art. Un skin électronique, développé par la start-up high-tech Wootzano, permettra de "sentir" la surface et de collecter un niveau de données sur la structure de la surface de la lame.



Martin Bourton, chef de projet principal chez Plant Integrity, a ajouté: «Le moment où un navire-robot autonome et une équipe rob. C’est également très certainement un changement de la donne pour les industries offshore, pétrolière, gazière et de la défense. Certaines des technologies sont plus développées, telles que le navire autonome, mais la robotique en est à un stade plus expérimental. Bien que l’accent soit mis sur la résolution de problèmes vitaux pour l’industrie éolienne en mer, nous nous attendions à voir beaucoup plus d’idées et d’applications émerger à mesure que nous testons différentes combinaisons de mécanique, de capteurs et d’intelligence robotique. ”



Chris Hill, directeur de la performance opérationnelle d'ORE Catapult, a également déclaré: «Ce projet est étroitement lié au dernier accord du gouvernement britannique sur le secteur de l'éolien offshore et à la stratégie industrielle plus large. Il positionnera le Royaume-Uni en tant que leader mondial de la robotique et du développement de systèmes autonomes. une voie d'accès au marché pour les innovateurs dans les domaines de la robotique, des données et de la numérisation.

Réduire l'utilisation de navires de transfert d'équipage est un impératif pour l'industrie éolienne en mer, car cela aura un impact positif sur la santé et la sécurité, contribuera à faire baisser les coûts et combinera l'avantage concurrentiel du Royaume-Uni dans l'exploitation d'une installation d'énergie renouvelable en mer avec son secteur de la robotique, leader mondial."

 



À propos de MIMRee : MIMRee est synonyme de maintenance, d’inspection et de réparation multi-plateformes dans des environnements extrêmes, un projet qui a été récompensé par Ore Catapult et Renewable UK.

 

Selon Vestas, le bris de pale est l’un des accidents le plus fréquent qui touche les éolienne. La maintenance préventive des pales est un enjeu majeur pour les constructeurs. Même s'il est désormais possible d'inspecter l'intérieur des pales via des capteurs embarqués sur des drones, des robots et autres innovations, la mise en place de ce type de formation montre que l'intervention humaine reste primordiale.

 

Et, comme le mentionne Yann Chauty du Centre d'Etude et de Pratique de Survie (CEPS) dans le premier N° annuel « MerVeille Energie 2019 » à paraître le 4 juin, le nombre d’accidents est essentiellement dus au manque de formation. Donc, l'un n'exclut pas l'autreet il conviendra toujours d’assurer aux techniciens, les meilleures formations pour intervenir lorsque les robots ne sont pas en mesure d'intervenir.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/