Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

 GE montoir
Logo GE
France - USA - Mercredi 06/02/2019 - energiesdelamer.eu. Les projets de construction de parcs éoliens en mer en France ne sont pas à la hauteur des projets de développement pris lors des premiers appels d'offre et la PPE proposée est décevante.
 
 
Ce sont aussi les raisons que General Electric envisage d'utiliser pour supprimer plusieurs dizaines de postes dans sa division éolien en mer en France et à Montoir près de Nantes en Loire-Atlantique, en raison du retard des projets de parcs éoliens en mer français, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Pourtant en fin de mois de janvier 2019, Jérôme Pécresse se voulait "optimiste" lors des annonces de restructuration des actifs dans les renouvelables !
 
 

 

 

map ge france global

GE Renewable Energy, dédiée aux énergies renouvelables, a ouvert des "discussions" avec les représentants du personnel de son entité éolien en mer France (GE Wind France SAS) "sur la faisabilité d'un accord de rupture conventionnelle collective", a indiqué le groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

GE doit fabriquer les éoliennes fixes Haliade 150 de 6 MW pour EDF EN destinées aux parcs éoliens en mer de Saint-Nazaire, Courseulles sur Mer et Fécamp ainsi que trois sous-stations. L'usine doit également fabriquée les Haliades pour la ferme pilote éoliennes flottantes pour Eolfi à Groix.

 

Au total, 80 postes sur les 246 du site nantais seraient concernés, a précisé à l'AFP un membre du Comité social et économique (CSE) de GE Wind France, des chiffres que la direction n'a pas souhaité confirmer.



La direction a présenté vendredi au CSE "le projet de plan qu'ils souhaitaient nous voir appliquer et qu'ils souhaitaient nous voir valider dans les prochaines semaines", a-t-il ajouté. 

 

 

Retards dans les commandes pour l'éolien en mer et les sous-stations notamment

 

GE justifie le lancement de ces discussions par le "retard de notification de commande pour les projets éoliens français en mer". En rachetant la branche énergie d'Alstom en 2015, GE a en effet récupéré les contrats qu'avait remportés le groupe français pour fournir des éoliennes pour les projets développés par EDF à Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

 

Le groupe américain précise aussi que "GE Renewable Energy procède actuellement à une analyse de ses activités pour s'assurer que sa division Offshore Wind est la mieux placée pour répondre aux besoins du marché et permettre son succès à long terme".

 

Mi-janvier, GE a aussi ouvert des négociations pour réduire ses effectifs au sein d'autres entités françaises. Selon des sources syndicales, 470 postes seraient concernés, toujours via le dispositif de rupture conventionnelle collective, instauré par les ordonnances Macron de septembre 2017.

 

Les Echos ont rappelé dans leur article du 5/02/2019, que le conglomérat américain n'avait créé que 25 emplois nets contre les 1.000 promis lors du rachat des activités Energie d'Alstom. La pénalité de 50 millions d'euros dotera un fonds logé à la Caisse des dépôts.

 

Faute d'avoir créé les 1.000 emplois nets promis à fin 2018 lors du rachat de la branche énergie d'Alstom en 2015, General Electric « a confirmé la création d'un fonds de réindustrialisation doté de 50 millions d'euros, qui sera logé à la Caisse des dépôts et consignations », a indiqué ce mardi le ministère de l'Economie dans un communiqué, à l'issue d'un comité de suivi.

Si GE a recruté 3.000 personnes en France ces trois dernières années, cela n'a représenté que 25 emplois nets sur la période. Pour parer aux critiques sur le rachat surprise d'un grand acteur français, le groupe américain avait signé avec l'Etat une série d'engagements, parmi lesquels celui de verser, en cas de non-respect de sa promesse sur l'emploi, 50.000 euros par poste manquant.

 

Points de repère

31/01/2019 - 

17/01/2019 - GE Renewable Energy et Future Wind, JV entre Pondera Development et Sif, ont signé un accord pour l’installation du premier prototype d’éolienne Haliade-X 12MW dans le port de Rotterdam pour l’été 2019.

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/