Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

cours adminstrative

 

 

Nantes France – Vendredi 2/02/2018 – energiesdelamer.eu. La cour administrative d‘appel de Nantes a rejeté le recours introduit par le bureau d‘études WPD Offshore contre l‘attribution en 2014 du marché des éoliennes en mer des îles d‘Yeu et Noirmoutier au consortium mené par Engie (47 %), EDP Renewables (43 %) et Neoen Marine (10 %) avec son partenaire industriel à l’époque ADWEN (aujourd’hui Siemens Gamesa).

 

 

Wpd Offshore et sa filiale française étaient associées à hauteur de 30% du groupement aux côtés EDF-Energies Nouvelles et Alstom comme partenaire industriel (aujourd'hui GE) consortium concurrent qui n’avait pas été retenu.

 

Seul, Wpd Offshore avait attaqué le 16/05/2014, la décision de la ministre de l‘Environnement de l’époque qui était Ségolène Royal. EDF EN ne s’était pas associé à la plainte en raison de la présence de l‘Etat français à son conseil d‘administration.

 

La cour administrative d‘appel de Nantes, dans son arrêt obtenu mercredi par Reuters, estime que c‘est le consortium qui aurait pu éventuellement être lésé, et non Wpd Offshore. Elle a donc rejeté le recours parce qu‘EDF n‘avait pas suivi.

Wpd est par ailleurs associé à EDF EN pour les parcs éoliens en mer de Fécamp et de Courseulles sur mer.

 

EDF-EN n'a encore jamais attaqué une décision relative aux parcs éoliens offshore

 

Le 13 octobre 2017, la cour administrative d‘appel de Nantes avait rejeté la requête du cabinet d’études lorientais Nass & Wind Smart Services, qui réclamait €22 millions d‘euros de dédommagements et €30.000 de frais de justice à l'État, pour avoir été écartée, en avril 2012 lors de la candidature du consortium dont elle faisait partie pour exploiter le parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc. La société Ailes Marines, détenue majoritairement par l'énergéticien espagnol Iberdrola, avait été préférée à Éolien Maritime France, au sein duquel Nass&Wind était associée avec EDF-EN. 

 

EDF-Energies nouvelles (EDF-EN) avait refusé d‘attaquer la décision de l‘administration : il ne fallait pas retarder davantage le développement des parcs éoliens off-shore français, priorité du gouvernement. EDF, en outre, avait déjà décroché l‘exploitation de trois d‘entre eux, attribués en 2011.

 

 

Points de repère

 23/02/2018 - L’Autorité environnementale qui avait été saisie pour avis par le Préfet de Vendée en novembre 2017, s’est réunie le 21 février dernier pour le projet de parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier.

 

16/10/2017 – Deux recours sont présentés devant la cour administrative d'appel de Nantes portant sur le projet de 62 éoliennes au large de la baie de Saint-Brieuc.

 

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/